Comment faire durer son couple ? Comment gérer les conflits ou les incompréhensions au sein du couple ? Comment arrêter de se battre, mettre l'égo de côté et miser sur l'amour ? Je vous donne de nouveaux conseils dans ce 4ème épisode ! 

📅 jeudi 03 juin 2021 ⏱19:35

Reçois gratuitement la transcription intégrale et les notes synthétiques de ce podcast

📥︎   TÉLÉCHARGER

Transcription de l'épisode (extrait)

Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager quelque chose que j’ai vécu dans mon couple et je vois beaucoup de couples traverser cela. C’est une épreuve que Chris et moi avons dû surmonter ensemble dans les moments où nous n'allions vraiment pas bien. Ce que j’ai appris et le conseil que j’ai vraiment envie de vous donner par rapport à cela, c’est d’apprendre à mettre un genou à terre. J’aurais pu appeler ce podcast comme cela : mettre un genou à terre. C'est-à-dire accepter de mettre un genou au sol et se dire :  « Ok, c’est bon, j’arrête de me battre. » Ne l'interprétez pas comme ceci : « Ok, j’arrête de me battre pour mon      couple. » car ce n’est pas du tout cela. C’est un peu tout l’inverse.

Très souvent, quand on vit un conflit, un désaccord ou une situation générale qui ne nous plaît pas forcément dans une relation de couple, on observe toujours ce que l’on n’a pas :  « Mon partenaire ne me donne pas ça alors moi non plus. Je ne vois pas pourquoi je lui donnerai alors que lui·elle ne me donne pas. » ou  « Je veux bien faire des efforts mais lui·elle aussi doit en faire à un moment donné. » On est dans la pénurie :                    « Qui va lâcher en premier ? ». Quand j’ai vécu cela dans mon couple, je me disais :  « En ce moment, cela ne va pas du tout dans mon couple. On traverse une grosse crise et je veux bien faire des efforts à condition que lui aussi en fasse. » Il y avait toujours cette espèce de condition. Je me disais :  « Oui mais lui non plus ne me donne pas de preuve d’amour donc je ne vois pas pourquoi je lui en donnerai. Lui aussi il me parle n’importe comment donc je ne vois pas pourquoi je lui parlerai mieux. » 

Je ressentais vraiment cette pénurie :  « J’observe ce qui me manque, ce que je n’ai pas et ce que l’autre ne me donne pas plutôt que d’observer ce que je peux avoir, ce que je peux donner ou ce qu’il peut me donner. » On rentre dans un rapport de force. Dans la phrase :  « Je veux bien faire des efforts mais lui·elle aussi doit en faire à un moment donné. » ou   « Je veux bien faire des efforts à condition que lui·elle en fasse. », l’idée n’est pas de faire des efforts si et seulement si l’autre en fait aussi. L’idée n’est pas de donner uniquement si l’autre nous donne aussi. Ce n’est pas de donner des preuves d’amour, de parler mieux ou de donner de la gentillesse si l’autre fait aussi un pas vers nous. L’idée n’est pas de faire un premier pas si l’autre en fait un aussi.

L’idée n’est pas d’entrer en rapport de force. Quand on se dit :  « Moi je veux bien faire ça si lui·elle en face fait ceci ou cela. », on entre dans un rapport de force et on est focalisé·e sur la pénurie. On a l’impression de se rabaisser si on fait un effort, un premier pas et que l’autre en face n’en fait pas. On est dans une espèce de schéma psychologique. On se demande pourquoi on donnerait plus alors que l’autre en face ne donne pas. Il n’y a donc aucun effort effectué. 

L’idée est de donner envie à l’autre de faire des efforts. Pour cela, on doit souvent faire le premier pas. On doit vraiment faire des efforts d’abord. Il faut arrêter cette condition, enlever ce si qui fait que l’on se dit :  « Je veux bien mais l’autre doit aussi faire des efforts. »,  « Je veux bien si tu en fais. »,  « Je veux bien à condition que... » Il faut enlever tout cela et se dire que le job est de donner envie à l’autre de faire des efforts. Si pour cela je dois faire le premier pas, je dois d’abord faire des efforts et mettre un genou à terre, lâcher prise et ouvrir mon coeur, je le ferai. 

Télécharger l'intégralité de la transcription

📥︎   TÉLÉCHARGER

Découvre d'autres épisodes qui peuvent t'intéresser !