À quoi ça sert de se détacher des choses ? Est-ce que c'est vraiment nécessaire et comment le faire ? 

📅 jeudi 08 avril 2021 ⏱21:17

Reçois gratuitement la transcription intégrale et les notes synthétiques de ce podcast

TÉLÉCHARGER

Transcript de l'épisode

 Qu’est-ce que le détachement ? 

C’est couper les liens que l’on a avec les choses et faire en sorte d’en être libre. Le détachement, cela ne veut pas dire que l’on va repousser les choses ou que l’on va forcément s’en éloigner.

Voici une définition très juste : le détachement, ce n’est pas s'éloigner ou prendre de la distance de quelque chose. C’est savoir rester proche de cette(ces) chose(s) mais en être libre et ne plus en être impacté•e. Le détachement peut prendre plein de formes différentes. 

Le détachement matériel

Nous sommes tous•toutes très attaché•e•s à notre matériel, que ce soit nos vêtements, notre téléphone (c’est de la folie), nos meubles, notre maison. Il y a vraiment, pour la plupart d’entre nous, ce besoin d’avoir.

Dans ma vie « précédente », avant que je ne quitte tout et que je sois en voyage, j’avais mon chez-moi, j’adorais la décoration, j’avais mes meubles, j’adorais avoir mes meubles et mon chez-moi. J’adorais posséder mes meubles, ma décoration. J’aimais rentrer quelque part et me dire : « Ah, c’est chez moi, c’est mon canapé. Je suis bien dedans, je vais dans mon lit. » Le jour où on a décidé de tout plaquer, de revendre tous nos meubles, de rendre l'appartement et de vivre avec une valise, on a fait un énorme détachement matériel puisque depuis deux ans et demi, je n’ai pas de chez-moi physique. Ce sont des canapés airbnb, des canapés d’hôtels, etc. Ce n’est pas à moi donc je n’ai pas d’attachement en termes de chez-moi. Je ne possède aucun meuble. Je ne possède pas grand-chose puisque cela tient « dans une valise ».

Je ne possède pas grand-chose de matériel. Moi qui étais très attachée au matériel, je me rends compte que c’est une des plus grandes libertés que j’ai. Aujourd’hui, j’ai du mal à rester dans un appartement longtemps car je me rends compte qu’à chaque fois que je reste quelque part, je commence à accumuler des objets et à chaque fois que je pars, c’est un soulagement de me détacher des choses, d’en revendre ou d’en donner, de m’en libérer. J’ai toujours cette sensation que moins j’ai de choses qui m’appartiennent, moins j’ai de matériel, moins j’ai d’attachements à des choses physiques et plus je suis libre car demain, il me suffit de prendre ma valise et de partir où je veux. L’appartement peut brûler, cela ne m’impactera pas, dans le sens où ce ne sera pas grave, je ne serai pas triste, je n’aurai pas l’impression d’avoir une partie de moi qui part en fumée. 

Pour la notion de cambriolage, où on a l’impression de se faire violer dans son intimité, il en va de même. Si demain je me fais cambrioler dans cette maison-là, ce n’est pas mon chez-moi, ce n’est pas à moi.

Télécharger l"intégralité de la transcription

TÉLÉCHARGER

Découvre d'autres épisodes qui peuvent t'intéresser !